Vous êtes ici : Accueil > Actualités > L'indemnité transactionnelle est soumise aux cotisations sociales

L'indemnité transactionnelle est soumise aux cotisations sociales

Le 15 septembre 2015
L'indemnité transactionnelle n'est pas au nombre de celles limitativement énumérées qui sont exclues de l'assiette des cotisations de sécurité sociale. Elle est donc soumise à cotisation dans les limi
Cass. 2e civ., 28 mai 2015, n° 14-14.494 , F.P+B

LA COUR – (...)

Sur le moyen unique :

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Versailles, 30 janvier 2014), qu'à la suite d'un contrôle portant sur la période du 1er janvier 2006 au 31 décembre 2007, l'URSSAF de Paris et région parisienne, aux droits de laquelle vient l'URSSAF Ile-de-France, a notifié à la société Bouygues travaux publics (la société) un redressement résultant notamment de la réintégration dans l'assiette des cotisations sociales d'une indemnité transactionnelle de licenciement versée à un de ses salariés, en exécution d'un protocole d'accord du 22 février 2007 ; que la société a saisi d'un recours une juridiction de sécurité sociale ;

Attendu que la société fait grief à l'arrêt de rejeter sa demande concernant les indemnités versées à M. L., alors, selon le moyen, que ne sont pas incluses dans l'assiette des cotisations sociales les indemnités transactionnelles versées postérieurement à la rupture du contrat de travail par l'employeur à son ancien salarié, lesquelles ne constituent pas un élément de rémunération totalement ou partiellement imposable mais sont allouées en réparation d'un préjudice moral et professionnel ; qu'en l'espèce, par motifs propres et adoptés, l'arrêt attaqué a constaté que l'indemnité transactionnelle litigieuse versée par l'employeur à son ancien salarié réparait le préjudice professionnel et moral subi par ce dernier ; qu'en incluant cependant ladite indemnité dans l'assiette des cotisations sociales, omettant ainsi de tirer les conséquences légales de ses propres constatations, la cour d'appel a violé l'article L. 242-1 du Code de la sécurité sociale  ;

Mais attendu, selon l'article L. 242-1 du Code de la sécurité sociale , dans sa rédaction issue de la loi n° 99-1140 du 29 décembre 1999 , que toutes les sommes versées au salarié à l'occasion de la rupture de son contrat de travail sont soumises aux cotisations de sécurité sociale, dans les limites établies par l'article 80 duodecies du Code général des impôts, dans sa rédaction issue de la loi n° 2005-1579 du 19 décembre 2005 ;

Et attendu que l'arrêt retient qu'il est établi que le préjudice dont s'est prévalu l'ex-salarié, en avril 2007, et réparé de manière forfaitaire par l'indemnité transactionnelle litigieuse, résultait du non-respect par la société d'une obligation ayant sous tendu le premier protocole transactionnel dont l'indemnité est, sans contestation, prise en compte dans le calcul de l'assiette des cotisations sociales ; que cette indemnité a donc bien été versée à l'occasion de la rupture du contrat de travail de M. L., initiée par la société appelante et elle est soumise à cotisation dans les limites posées par l'article 80 duodecies du Code général des impôts ;

Que de ces constatations, relevant de son pouvoir souverain d'appréciation des éléments de fait et de preuve soumis à son examen, la cour d'appel a exactement déduit que l'indemnité litigieuse n'était pas au nombre de celles limitativement énumérées par l'article 80 duodecies du Code général des impôts auquel renvoie l'article L. 242-1 du code de la sécurité sociale , de sorte qu'elle entrait dans l'assiette des cotisations sociales ;

D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ;

Par ces motifs :

Rejette (...)